• Protéger au mieux son conjoint !
  • Afin d’aller au-delà des dispositions légales successorales, assurant au conjoint le choix entre au moins le quart (en fonction du nombre d’enfants) du patrimoine du défunt en pleine propriété, ou la totalité du patrimoine en usufruit …
    Au décès de l’assuré(e), le conjoint bénéficiaire percevra un capital, voire même une rente, lui permettant de compléter ses revenus (compensation de la réversion partielle des retraites légales)

  • Protéger parfaitement son partenaire de Pacs !
  • Dorénavant, les couples pacsés sont à égalité sur le plan fiscal, avec les couples mariés …
    Néanmoins, au décès de l’un des partenaires, si rien n’avait été prévu par le défunt, le bénéficaire n’héritera de rien ! Et ce, d’autant plus en présence, éventuellement, d’un ou plusieurs enfants du défunt ou d’héritiers réservataires !

  • Transmettre, « en sautant » une génération !
  • Et oui ! Si tant est qu’un enfant n’ait pas ou plus besoin d’être protégé, voire aidé par son ascendant, il peut en être autrement de la génération suivante ! Cela s’appelle communément un contrat intergénérationnel, consistant en une donation de grand-parent à petit-enfant … Certes, le don manuel s’avère très simple à utliliser dans un tel cadre, mais l’assurance vie a l’avantage de pouvoir « contrôler » le devenir ou l’usage futur de cette forme de donation !

  • Rééquilibrer sa succession !
  • Quel parent ne se retrouve-t-il pas un jour, face au dilemne de la parité de succession entre ses héritiers directs ? Quel parent n’envisage-t-il pas un jour d’aider un peu plus l’un de ses enfants, ayant plus besoin d’aide que ses frères et soeurs, tout en respectant les droits de chacun ?
    L’assurance vie est bien la réponse à ce dilemne, tout autant que la règle de la quotité disponible soit bien respectée …

  • Protéger un proche, sans lien de parenté ?
  • Voilà l’une des situations spécifiquement adaptée à l’usage de l’assurance vie … Jusqu’à 152.500 €, le bénéficiaire ne paiera aucune forme d’imposition, tout autant que les fonds aient été investis avant l’âge de 70 ans, tout en respectant la quotité disponible (part du patrimoine dont on peut disposer à son gré, en fonction du nombre d’héritiers réservataires)

  • « Epargner, tout simplement !
  • Quoi de plus simple comme support d’épargne, tout autant que les supports choisis soient bien en phase avec votre appréciation du risque, tout en respectant votre objectif principal …

  • Compléter sa retraite, bien sûr !
  • Avec ou sans économie d’impôt ?
    En acceptant donc, ou non, de bloquer l’argent jusqu’à la cessation d’activité, de percevoir seulement une rente à terme ?
    En conservant l’argent constamment disponible ?
    Voilà toutes les questions qu’il vous faudra vous poser, en optant pour la ou les solutions répondant aux mieux à vos critères de priorité !

  • Déclencher le seuil du bouclier fiscal ?
  • La loi Tepa ayant abaissé le seuil à 50%, peut-être l’assurance vie, au travers de rachats partiels venant se substituer à une autre forme de revenus (fonciers par exemple) pourrait-elle vous aider à déclencher ce seuil … En effet, les rachats partiels d’un contrat d’assurance vie, de forme multi-support, ne sont pas considérés comme un revenu imposable en optant pour le prélèvement libératoire (d’autant plus intéressant à partir de la neuvième année, puisque bénéficiant d’un taux de 7,5% après un abattement annuel de 4.600 € ou 9.200 € pour un couple marié ou pacsé) !

    En conclusion, si vous n’avez pas encore souscrit une assurance vie, ce n’est pas par l’absence d’une bonne raison, mais certainement par manque de temps, ou d’information…

    Désirez-vous en savoir plus ?

  • Consultez toutes nos offres Assurance vie sur notre site

  • Vous souhaitez en savoir plus ?…


    Vous pouvez me laisser un commentaire j'y répondrais mais vous pouvez aussi :
    M'écrire via la fiche contact
    Vous faire appeler
    Me joindre au 09 63 64 98 93.

    Vous souhaitez obtenir un devis ?

    Join the conversation! 0 Comments

    1. Je voudrai savoir sur combien d’années s’étalent les cotisations?

      Répondre
    2. Dans une tel contrat, les cotisations sont reconductibles annuellement, par tacite reconduction, et ce, jusqu’au décès de l’assuré(e). Les prestations versées sont destinées à financer les frais d’obsèques et sont donc très limitées … En compensation, aucun questionnaire médical n’est exigé.

      En comparaison,

      les contrats de type “temporaire décès”, cessent quant à eux à l’âge de 70, voire 75 ans, mais le montant des prestations est déterminé par l’assuré(e). En conséquence, un questionnaire médical pourra lui être exigé, selon son âge et les prestations souhaitées …

      Les contrats de type décès, sous forme de “vie entière”, ont la particularité de garantir la prestation sans limitation de durée, quel que soit l’âge de disparition, tout en permettant à l’assuré de pouvoir mettre fin à son contrat en récupérant tout ou partie des sommes versées … Ce type de contrat laisse aussi le choix de la durée de son financement à l’assuré(e) … sous forme de prime unique ou de versements plus ou moins échelonnés … Plus la durée en sera écourtée, moins le financement total en sera élevé !

      Répondre

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    mm

    Au sujet de Yves Renaud

    À l’issue d’une solide formation en gestion et comptabilité d’entreprise, j’ai débuté ma carrière professionnelle dans le domaine du marketing publicitaire et de l’édition, en parallèle à la gestion d’une entreprise familiale. Mais, foncièrement attiré par le contact direct avec le client, j’ai pris un jour la décision de suivre une formation commerciale et me suis spécialisé afin de devenir «chargé de mission » au sein de la Société Suisse d’Assurances sur la vie humaine, renommée quelques années plus tard la Swiss Life Assurances et Patrimoine. Grâce à mes acquis dans le domaine de la gestion, j’ai rapidement obtenu d’excellents résultats qui m’ont amené à être promu Inspecteur. Pendant plus de vingt ans, en tant qu’Inspecteur à différents échelons de la hiérarchie de l’encadrement du personnel de compagnie d’assurances, dans plusieurs régions de France (Sud-Est, Ouest, Sud-Ouest puis Paris), j’ai été amené dans le cadre de mes fonctions à recruter et former de nombreux collaborateurs, accompagner agents et courtiers d’assurance dans leur mission de conseils auprès de nos clients. Mais, désireux d’être au plus près des clients, de mettre directement à leur disposition mon expertise du marché de l’assurance, j’ai pris la décision en 2007 de créer mon propre cabinet de conseil : Expertise Assurances Conseil, dénommé sur le Web, ExpertAss.

    Category

    Assurance vie

    Tags

    , , , , , ,